JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
DSC 3304

Un oeil sur la mer

Nominée en 1986, par la Fondation Agha Khan comme modèle d’architecture musulmane, Dar El Aïn est une petite maison de 54 m .Une maison pas très grande, mais qui regorge de trésors… des ambiances et une âme, une belle âme à l’image du maître des lieux … Visite guidée dans ce lieu conçu avec goût et un souci du détail.

Une demeure avec un mélange de différents styles : une touche d’arabo-mauresque, une pincée de méditerranéen et un soupçon de contemporain, voici le secret de cette maison d’exception…

Mauro a racheté la maison en 1985 et a respecté l’esprit des lieux en gardant tel quel l’architecture, il faut dire que la maison a été conçue de manière tellement originale et ingénieuse qu’il aurait été déplacé d’y toucher. Le premier propriétaire de la maison était Gasparo del Corso, l’un des plus grands galeristes de Rome à l’époque d’après-guerre. Sa femme était une grande journaliste, c’est elle qui a fait découvrir la mode italienne en Amérique : précision importante nous dit Mauro pour comprendre l’esprit qui se dégage de ce petit bijou hammametois.

 

Dès l’entrée de la maison, une porte ancienne offerte par Sébastian attire et invite les visiteurs à la découverte et à l’évasion, celle-ci n’est pourtant pas très grande, rien de monumental ni de démesuré, comme pour ne pas perturber une promenade paisible qui ne fait que commencer. La porte ouvre sur un petit patio dont le centre est orné d’une petite fontaine carrée au ras du sol, c’est d’ailleurs à cet élément que la maison doit son nom. Son originalité réside dans le fait qu’elle représente le motif des initiales de la grande marque Givenchy.

Ce motif  « aquatique », en plus du fait qu’il procure à la maison une âme en créant une ambiance légère et fraîche au sein du patio, il semble symboliser des directions à prendre invitant ainsi le visiteur vers le salon et la salle à manger. La maison à la fontaine ou « Dar El Aïn » se compose au rez-de-chaussée de deux principaux espaces (indiqués par les axes émanant de la fontaine), d’abord un petit salon à droite de l’entrée nous accueille, ses murs sont habillés de tableaux, un grand représente un des dignitaires turcs avec son épouse, les autres des sourates de style koufi, nous sommes plongés dans une ambiance arabo-mauresque. En face de l’entrée, changement de style, c’est la salle à manger qui nous invite à prendre place à sa table, les murs de celle-ci sont recouverts de trompe l’œil muraux, avec des colonnes romaines et balustrades ramenées d’Italie, un petit fumoir y est attenant. Un sarcophage romain fait office de lave-mains.

La cuisine se trouve sur la gauche de l’entrée, son accès est comme dérobé en-dessous des marches de l’escalier qui mènent à  l’étage, c’est là que se trouvent une première chambre à coucher et un peu plus haut une terrasse qui surplombe la baie d’Hammamet avec une deuxième chambre à coucher. Le mobilier ainsi que l’ensemble des éléments et objets de décoration, ont été minutieusement choisis pour être en parfaite harmonie avec l’esprit architectural de la maison ; tout a été pensé et posé exactement là où il fallait, tout semble naturel et couler de source comme s’ils avaient toujours été là, faisant intégralement partie des lieux.

Le sol est pavé d’un Kadhel légèrement rosé créant ainsi une atmosphère douce et chaleureuse, les murs à la chaux reflètent la lumière du soleil avec leur blanc immaculé.

La terrasse, toute blanche rehaussée par des carreaux de céramiques anciennes, est à elle seule un endroit magique, comme suspendue entre ciel et terre.

Des stèles tapissent le mur et une magnifique statue trône comme pour dominer la mer. La voûte de Sidi Bou Hadid semble faire partie de l’ambiance.

La végétation fait incontestablement partie de l’architecture de la maison, en petites touches ou de manière plus dense, elle procure aux espaces cette atmosphère verdoyante, en parfaite continuité avec l’extérieur. Un mélange de coloris typiquement de chez nous, dans le pur style méditerranéen : le bleu azur, tantôt du ciel tantôt de la mer, la blanc immaculé desmurs et enfin le vert chatoyant de la végétation ; un mariage réussi qui nous plonge dans un profond bien-être… La demeure a amplement mérité de figurer sur des cartes postales. Le jour, elle est baignée de soleil et de lumière, le soir, les lanternes allumées, elle ne devient que plus magique.

Au fil de notre promenade nous avons croisé Abdel que l’on surnomme « le chat de la maison », il officie à la cuisine et gâte les propriétaires des lieux qui sont très fiers de leur maison.

Article paru dans iddéco n°9 – Juillet 2011

La rédaction décrypte pour vous les tendances déco du moment pour trouver l’inspiration. Retrouvez également les actualités autour de la déco.

Plus d'articles
SEJNANE1
ART DE LA TERRE ET DU FEU DES FEMMES DE SEJNANE