JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
OH 5608

TERRASSES & PATIOS

Histoire d’un style de vie

La maison du Tunisien lui ressemble : ouverte à autrui, elle garde son quant à soi. Généreuse dans l’hospitalité, elle préserve son jardin secret.
Fermée sur la rue, elle déploie pour l’hôte de passage l’espace accueillant de ses vestibules en chicanes, skifas fraîches et ombrées offertes à tous les conciliabules. L’ami seul accèdera au patio : là est le Coeur de la maison, là se révèle la vérité de la demeure.

Dans cet espace à ciel ouvert, caractéristique de l’architecture méditerranéenne, noeud obligé de tous les passages, de tous les croisements bat le rythme de la vraie vie.

Matins laborieux des femmes à l’ouvrage qui lavent le linge, mijotent le repas, roulent la semoule, ou  cardent la laine. Siestes paresseuses autour d’un thé à la menthe ou d’un café parfumé à la fleur d’oranger, repos de la guerrière, chuchotements de femmes dans l’ombre du bigaradier ou du jasmin.

Dans la fraîcheur de l’après-midi, le patio s’anime et se fait convivial.

Les voisines aiment à s’y réunir pour broder, coudre, tisser ou filer de concert. Il est certainement, à certaines heures de la journée, le dernier gynécée.

Quand s’allument les feux, vient alors l’heure des hommes : ils dînent à la romaine, confortablement étendus sur des matelas posés à même le sol et la télévision qu’ ils y installent n’a rien d’anachronique. Ils ont ramené des mechmoums de jasmin pour les femmes, et occupant les lieux pour une partie de chkoba…

Avant d’être poliment, mais fermement renvoyés au café du coin, les soirs de fête. Alors, le patio s’illumine de guirlandes électriques, ses lambris de céramique vibrent de toutes les couleurs, et les murs se renvoient les échos de la darbouka : c’est la nuit des femmes.

Les hommes attirés par les échos de la musique, les reflets de la lumière investissent discrètement les terrasses, le prolongement naturel des patios. Ce lieu qui leur est interdit le jour, où l’on sèche le linge, la laine, le couscous ou les piments selon les saisons, les accueille dans son ombre discrète, spectateurs silencieux d’une fête qui se célèbre sans eux.

Article paru dans iddéco n°13 – Juin 2012

La rédaction décrypte pour vous les tendances déco du moment pour trouver l’inspiration. Retrouvez également les actualités autour de la déco.

Plus d'articles
Villa Sidi bousaid
A Sidi Bou Saïd
Dar Samira