JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
OH  7411

Sirrine Cheraïet

JAMAIS SANS MON SAC !

Depuis qu’elle était toute petite, ce sont les sacs, dans tous les accessoires féminins, qui retenaient son attention, suscitaient ses engouements, déclenchaient ses désirs. Sirrine Cheraïet avait bien essayé d’aller voir ailleurs : des études d’architecture à la Parson School design, des enfants à élever, quelques expériences de dessins de lignes de vêtements…C’est toujours aux sacs qu’elle revenait irrésistiblement. Les premiers avaient été inventés pour elle et ses sœurs, car, comme les filles du docteur Marsh, elles étaient quatre, belles, élégantes et coquettes. Ses créations, toujours originales, atypiques et de bon goût, suscitaient chaque fois les interrogations : d’où cela venait-il donc, où pouvait-on les trouver ? Et, en corollaire immédiat, pourquoi ne pouvait-on en avoir ?

 

Encouragée par Monica Cheraiet sa belle mère, Monica dont on connait l’efficacité créative et le talent de dénicheur de talents dans le monde de l’artisanat, Sirrine Cheraiet sauta le pas. Elle dessina les sacs qu’elle avait imaginés, trouva les matières premières, les accessoires et surtout les artisans dans le réseau inépuisable de Monica, et présenta une première collection à la galerie El Borg, aujourd’hui, hélas fermée. Ce fut un succès immédiat.

Et un carnet de commande bien rempli. Le seul problème étant que notre créatrice ne pouvait jamais refaire le même modèle, chacun racontant sa propre histoire, chacun entrant dans le passé sitôt achevé. Ses sacs, elle les imagine dans sa tête, les voit terminés, et les dessine sur un petit carnet avant de s’endormir….Pour rêver à d’autres sacs bien sûr.

Exposant dans deux espaces différents, créatifs, pointus, elle dessine des collections personnalisées pour chacun : Sissi Store, dernier lieu branché des fashion addicts, privilégie ses créations de peaux, de fourrures, de métal.

Pour Dar Yass, nouvel espace consacré à l’artisanat haut de gamme, elle a créé une ligne de sacs tissés par les artisanes de Tozeur sur des métiers traditionnels, selon la technique de Klims, mais avec des chutes de tissus précieux. Le résultat est étonnant.

Elle récidive cet été, mais fait tisser, cette fois, des lanières de cuir. Un sac lui demande, en général cinq séances de travail avec les artisans. Et s’ils ne sont jamais pareils, c’est qu’en cours de route, il se passe toujours quelque chose : une idée qui fuse, un accessoire qu’il faut remplacer, une suggestion à prendre en compte, un coloris à harmoniser…

Sirrine Cheraiet prépare deux collections par an, à raison d’une quarantaine de sacs chacune, car elle refuse de déléguer, et tient à surveiller toutes les étapes de la fabrication. Et quand nous la quittons, elle est déjà en train de dessiner ses prochains modèles dans sa tête.

Article paru dans iddéco n°17 – Juin 2013

La rédaction décrypte pour vous les tendances déco du moment pour trouver l’inspiration. Retrouvez également les actualités autour de la déco.

Plus d'articles
Sabri Ben Mlouka
Le lieu sans nom de Sabri Ben Mlouka