JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
58

Se ressourcer…
L’HYDROTHERAPIE

Nouvelle perspective pour le tourisme
Visite guidée avec l'Office National du Thermalisme

« Comprendre le fait que nous sommes essentiellement de l’eau, est la clé pour découvrir les mystères de l’univers… » Masaru Emoto1.

Tout au long de la vie, la condition d’existence de l’homme est essentiellement l’eau. En état de fœtus on est composé de 99 % d’eau, à la naissance on atteint les 90 %, plus nous avançons dans l’âge plus le taux diminue vers les 70 % lorsqu’on est adulte et si la vieillesse se prolonge le pourcentage diminue probablement à 50 %. Cette substance est vitale non seulement pour ses caractéristiques hydratantes mais aussi pour ses influences sur le bien-être. Depuis l’antiquité l’homme a découvert les caractéristiques thérapeutiques de l’eau sur l’organisme. Les thermes et les bains étaient des constituants essentiels des villes romaines et grecques qui ont évolué en hammam chez les Arabes dès les Omeyyades. Nous pouvons résumer toutes ces pratiques en un seul mot :
l’hydrothérapie2. Une pratique qui s’est gravée en Tunisie dans les murs des thermes romains construits dans tout le pays : les Thermes d’Antonin à Carthage, de Caracalla à Dougga, de Sufetula. Ceci prouve le potentiel et la richesse des ressources en eau.

58
Barage Oued Mélegue

Dans le but de promouvoir l’hydrothérapie et de sensibiliser le grand public ainsi que les investisseurs, une visite guidée destinée à la presse a été organisée par l’Office National du Thermalisme et de l’Hydrothérapie (ONTH), les 24, 25 et 26 février 2017.

La première destination était l’usine Safia de Ain Ksiba au gouvernorat du Kef. L’histoire remonte à 1968 avec l’installation d’une usine de mise en bouteille (en verre) aux Ksour alimentée d’eau d’Aïn Mizeb. à partir de 1990, l’augmentation de la demande sur les bouteilles en plastique a engendré le lancement d’une deuxième usine en 1992 connue sous le nom de Safia Ksiba, qui a été privatisée après un an.

bg
Chalet présidentiel de Habib Bourguiba (restauré). Ce mini centre thérapeutique constitue le premier noyau de la station thermale El Mouradi Hammam Bourguiba

Les deux usines qui occupent ensemble une surface de 10.000 hectares et emploient 420 personnes, monopolisent 29 % du marché. Safia respecte les normes nationales et internationales, d’où la certification iso 2200 qui leur a été décernée en 2011. La chaine de production se constitue de plusieurs étapes. Au début, nous avons la souffleuse. Ensuite, la remplisseuse. Et à la fin du processus, nous trouvons l’étiqueteuse et la boucheuse. Le contrôle de la composition et de la qualité du produit est crucial.

Ainsi, un laboratoire destiné à cet effet est divisé en deux parties, la première est une phase microbiologique tans dit que la deuxième est physico-chimique. Après la découverte des coulisses de l’usine, nous avons pris la route vers le centre thermal El Mouradi hammam Bourguiba. La route était pleine de découvertes, chaque ville ou village dévoilant un paysage unique. Le barrage Mellègue se situe à environ 7 kilomètres de la ville de Neber dans le gouvernorat du Kef. Avec ses voûtes multiples de grande portée, le barrage présente une hauteur de 65 m et une longueur en crête de 5.400 m².
Il a été construit entre 1949-1956 pour la régularisation interannuelle de l’oued Mellègue afin d’éviter l’inondation de la plaine de Jendouba, mais aussi de permettre l’irrigation de la basse vallée de la Medjerda et la production d’électricité. Une rencontre exceptionnelle entre l’échelle imposante des voûtes en béton et le paysage qui l’entoure.

Les brouillards enveloppent la ville d’Aïn Draham floutant le paysage dessiné par les toits de tuiles rouges.

Poursuivant notre périple, on arrive au centre thermal El Mouradi Hammam Bourguiba, un bâtiment inséré en pleine forêt dans un site naturel préservé. Son histoire est attachée au Président Habib Bourguiba qui passait ses vacances dans son chalet présidentiel pour des moments de cures.

hm
El Mouradi Hammam Bourguiba Centre oreille et salle de sport, El Mouradi Hammam Bourguiba

Ce mini centre thérapeutique, bien conservé constitue le premier noyau du projet. On y trouve des salles de soin, un hammam et un Spa. Ce centre a été à l’origine du soutien politique du thermalisme et du lancement du centre thermal Hammam Bourguiba. En 1994, il a été privatisé pour prendre le nom de la chaine hôtelière El Mouradi en 2003.

L’implantation de ce projet a eu un grand impact sur la ville et même toute la région. En effet, il a créé une dynamique économique et sociale puisque 90 % des employés sont originaires de la région. De même, le centre offre un programme varié de cures (ORL et rhumatologie, rééducation fonctionnelle et mécanique, dermatologie, paraffine et cryothérapie…).
Il bénéficie d’équipements performants et d’un personnel médical et paramédical de haut niveau. Selon Khemaïes Morjane, Directeur du Mouradi, la diversité au niveau de la programmation ouvre les portes pour de nouveaux marchés, les deux points forts étant le centre thermal et le complexe sportif.

Khemaïes Morjane lance un appel au gouvernement pour améliorer l’infrastructure et élever le niveau des services de l’aéroport pour que le centre soit plus attractif pour une éventuelle clientèle en provenance de la Lybie ou de l’Algérie ou encore du Moyen-Orient.

La destination suivante fût l’hôtel La Cigale à Tabarka. L’hôtel s’étend sur cinq hectares, avec 248 chambres haut de gamme, dont 12 suites et 72 villas. Il emploie 370 personnes. Le projet représente un investissement important qui témoigne de la conscience du potentiel considérable de la région. La souplesse des formes, la lumière, les senteurs et le choix des textures contribuent au sentiment de bien-être et au confort. Le SPA comprend plusieurs unités : le SPA du monde décline une ambiance d’Afrique, du Japon, d’Inde et ou du Moyen-Orient…Le passage d’un thème à un autre s’exprime à travers les couleurs, la lumière les textures et les odeurs. Chaque chambre se caractérise par un univers unique qui se traduit par des détails mis en œuvre et une ambiance olfactive spécifique. Les grandes baies vitrées largement ouvertes sur la mer procurent un sentiment d’évasion et de détente. L’hôtel se distingue aussi par l’organisation de meetings d’affaires, de team-building, de

dîners d’affaires et de préparation des équipes sportives, sans oublier l’organisation d’événements culturels tels que le Salsa-Tabarka festival.

En réponse à notre inquiétude par rapport à la pertinence d’un tel investissement dans un contexte de crise du tourisme, de fragilité de l’infrastructure de la région et de fermeture de l’aéroport de Tabarka, Haider Mbarek Assistant General Manager de la Cigale nous rassure, esquissant un sourire « on ne peut pas nier le risque pris mais nous restons optimistes et confiants. Il existe une clientèle potentielle qui aspire à cette gamme de services. Ces grands investissements que nous initions incitent le gouvernement à améliorer l’infrastructure et encouragent d’autres investisseurs à venir. En témoigne le grand projet prévu prochainement non loin de la Cigale, et la remise en fonctionnement prévue de l’aéroport de Tabarka redeviendra fonctionnel ». Il s’agit donc d’une réponse optimiste mais réaliste, puisque le pari est gagné vu que l’hôtel vient de se distinguer lors du World Travel Awards 2016, Section Afrique.

Béni Mtir notre prochaine destination, est un village féérique, connu pour son paysage verdoyant de ses forêts, son air frais et ses sources d’eau pure. Il se démarque par le style architectural de ses maisons, au charme provincial singulier, avec leurs toits en tuiles.

Ce style colonial remonte aux années 50 quand les ouvriers et les ingénieurs se sont installés pour édifier les barrages en 1948.

c6
SPA du monde de l’hôtel La Cigale Tabarka
DSC 5912
SPA du monde de l’hôtel La Cigale Tabarka
c9
SPA du monde de l’hôtel La Cigale Tabarka

A quelques mètres du Barrage de Béni Mtir, Green Hills Resorts, conçu par l’architecte M. Fayez Rouissi, un grand complexe de soin thermal entièrement écologique, se développe sur une superficie de plus de 6.000 m² couverts. Avec une capacité d’accueil de 100 lits, cette unité est composée de deux types d’hébergement, un hébergement hors hôtel et un hébergement d’hôtel. 18 chalets sont disséminés dans la verdure entre les arbres, 5 suites et 9 chambres doubles. L’architecte a tenu à intégrer l’environnement naturel à sa composition. Son concept se base essentiellement sur les cinq éléments de la nature : le bois, le feu, la terre, le métal et l’eau. Green Hill Resorts est un projet en parfaite symbiose avec son environnement avec un plan masse respectant l’emplacement des arbres existants et la topographie du terrain et compte tenu des vues panoramiques sur le grand barrage. L’architecture met en œuvre les principes bioclimatiques (orientation favorable, ombrage, compacité, matériaux biosourcés, isolation), l’usage de la géothermie (pompes à chaleur) et l’exploitation de l’énergie solaire (électricité, climatisation). L’architecte même a prévu selon ses propos, la création d’une unité de collecte et de recyclage des déchets afin de préserver la nature et l’écosystème du site, et il confirme avoir conclu un accord dans ce sens avec l’Agence Nationale de Gestion des Déchets (ANGED). Ce projet unique en son genre en Tunisie, a reçu le premier prix d’efficience énergétique dans le cadre d’un concours européen.

Le concepteur a choisi d’interagir avec son environnement en impliquant plusieurs secteurs d’activités dans une démarche de développement durable inclusif. Il a milité pour la promotion de matériaux locaux 100 % biologiques et la valorisation des savoir-faire de la région afin de créer une dynamique sociale. Dans ce contexte les habitants vont profiter du hammam “Essalhine”, inclu dans le projet, pour un coût de 70 mille Dinars dont 20 mille Dinars pour les travaux. Par assurer la qualité de service et la pérennité du hammam, sa gestion va revenir à la Direction du centre.

bm1
Chalet en Bois, Green Hills Resort

Le centre comporte aussi trois restaurants : un pour les curistes, un restaurant diététique et un autre destiné aux passagers. Il bénéficie d’une source « Hammam Salhine » une des plus chaudes qui atteint les 73 degrés. Les eaux de la source, contiennent des composants qui ont un effet calmant et équilibrant. Elle est connue pour ses vertus curatives des maladies rhumatismales, inflammatoires et épidermiques. L’initiative est exemplaire. à travers ce projet, et en dépit des difficultés, M. Fayez Rouissi poursuit un rêve, qui lui a coûté 12 millions de Dinars en cinq ans. L’ONTH a appuyé ce projet en lui accordant des aides sous formes de primes d’investissement d’une valeur de 872 mille Dinars et de travaux d’amélioration de captages des eaux thermales d’une valeur de 700 mille Dinars. Le taux d’avancement des travaux est de 85 %. Son achèvement est prévu d’ici la fin de l’année en cours dans la mesure où les difficultés financières qui le grèvent soient levées.

A Jendouba nous prenons part à l’inauguration du premier centre thermal, en présence d’une délégation chinoise qui a pris part aux travaux. Le coût du projet est évalué à 1 million de Dinars, dont 110 mille Dinars pour les équipements. Le centre est dédié à la médecine douce.

Sans compter son effet préventif sur les maladies, et la réduction des dépenses de santé qui en découle, le thermalisme représente une alternative prometteuse à la crise qui touche le secteur du tourisme ces dernières années. En diversifiant le paysage touristique, il permet d’ouvrir de nouvelles perspectives et de gagner de nouveaux marchés.


1 MASARU EMOTO – LE MESSAGE DE L’EAU, Zététique 2012
2 L’hydrothérapie est un traitement naturel basé sur l’utilisation de l’eau, sous toutes ses formes et de toutes les manières, pour traiter, soigner et prévenir.

Texte et Photos : Rahma Megarech

Article paru dans iddéco n°35 – janvier 2018

La rédaction décrypte pour vous les tendances déco du moment pour trouver l’inspiration. Retrouvez également les actualités autour de la déco.

Plus d'articles
Dar Eyquem7
DAR EYQUEM
OU L’OMBRE D’UNE FEMME