JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
IMG 3863

L’Hippoclub de Sidi Thabet, le pays où les chevaux sont heureux

Pour les enfants qui courent dans tous les sens, nous sommes incontestablement au paradis. En fait non, nous sommes ici au pays du cheval. Un pays où l’on apprend des valeurs de sérieux, de constance, de rigueur, de discipline, d’entraide, et de soutien. Ici, les enfants se plient à un protocole rigoureux, les grands forment les petits, servent à table les invités du club, encadrent les activités ludiques et, tous âges confondus, s’occupent soigneusement des chevaux.

Nous sommes à Sidi Thabet, à l’Hippoclub, centre équestre animé par Assad et Hend Samara, frère et sœur tuniso-palestiniens, animés par une même passion, ayant choisi de lui consacrer vie et carrière.

L’Hippoclub, c’est d’abord et avant tout une belle histoire d’amitié. Nés en Tunisie, ils suivent, tout petits, un oncle cavalier qui les emmène voir les chevaux. A Kassar Saïd, ils rencontrent Omar et Wael Trabelsi, jeunes cavaliers, fils de cavalier. Ils se découvrent de nombreuses affinités, des parents médecins ayant fait leurs études ensemble au Caire, et lient une amitié solide autour de la même passion équestre. Puis chacun suit sa route. Assad part faire des études d’architecture en France, où adhérer à un club d’équitation coûtait trop cher.

Hend est médecin, mais sa fille monte à cheval. Wael quant à lui, devient champion d’équitation, et étoile montante internationale.

Tous gardent le contact.  Jusqu’au jour où…

Se préparant à partir pour les USA, Assad s’offre deux mois de vacances, revoit Wael et Omar qui lui proposent un pari fou : reprendre le club hippique de Dar Ennaouar, languissant et à bout de souffle, et lui redonner vie.

Trois minutes lui suffisent pour prendre sa décision, oublier l’architecture et le rêve américain, et entrer de plain-pied dans la passion cheval. Une passion contagieuse puisqu’elle entraîne avec eux Hend qui abandonne la médecine, et que va bientôt les rejoindre Shirin la sœur de Wael et Omar, bon sang de cavalier ne sachant mentir. L’aventure de Dar Ennaouar est magnifique : le club passe de 40 à 140 clients, un concours hippique est organisé, l’Hippo Jump qui attire les néophytes. Jusqu’au jour où…le Dar Ennaouar est vendu, et le club ferme ses portes.

Lassés de la précarité d’une location aléatoire, nos cavaliers décident de s’installer sur leurs terres. Les frères Trabelsi possèdent, au bout d’une piste à Sidi Thabet, au milieu de collines propices aux randonnées, une propriété agricole. L’architecte se réveille en Assad. En six heures, il dessine le club dont il a toujours rêvé. Deux patios, des carrières en étoile quipermettent une visibilité totale sur tous les terrains d’entrainement. 1000 m2 bâtis, 20000 m2 d’infrastructures, réalisés en cinq mois, véritable marathon mené au pas de charge.

Aujourd’hui, l’Hippoclub,c’est 40 chevaux et 100 adhérents, cavaliers de tous niveaux qui, qu’il vente ou qu’il neige, ne manqueraient pour rien au monde leur entraînement. Ce sont deux corps d’écurie dont un poney club. C’est un programme de cours quotidiens, sauf le lundi. Ce sont des formations en endurance mais aussi en saut d’obstacle, Wael, champion international ayant instauré une culture de compétition. C’est un panachage intelligent de chevaux barbe, de pur sangs, de selles, français, de chevaux belges, de quelques anciens champions réformés. C’est aussi des summer camps ludiques et joyeux. C’est un restaurant familial et bon enfant, où les jeunes reçoivent adultes.

C’est également un endroit où les chevaux sont heureux, ceux duclub mais aussi ceux des adhérents. Un lieu où l’ancien champion, Urville de Montois, pardonnez du peu, ne snobe pas le vétéran Caterpilar qui, à 25 ans, ni la benjamine Jamra qui se targue d’être de race Mogod, race locale préservée. Mais c’est surtout une vie et un esprit de club où, sous le regard aussi infaillible qu’indulgent de Hend, tout le monde s’investit, participe, et se fait partie prenante.

Texte : Alya Hamza – Photos © Hippoclub

Chorfech 2, Sidi Thabet – Tél. : + 216 99 990 169 – FB : Hippoclub

La rédaction décrypte pour vous les tendances déco du moment pour trouver l’inspiration. Retrouvez également les actualités autour de la déco.

Plus d'articles
DSC 3192
CHANTOURI
OU LE DERNIER DES HRAIRIAS