JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Khaled Ben Slimane4 e1592824274339

Khaled Ben Slimane

Entre spiritualité et mysticité…

Né en 1951 à Sousse, Khaled Ben Slimane est diplômé en céramique à l’Institut Technologique d’Art, d’Architecture et d’Urbanisme de Tunis en 1977, il étudie ensuite à l’Escuela Massana à Barcelone avant de revenir en Tunisie en 1979.
En 1982 et 1983, il s’installe à Tokyo où il collabore avec des céramistes japonais. Son passage au Japon lui forgera sa manière de faire et d’être. Très imprégné, il en garde une grande inspiration. Il explique : « De retour à Tunis, j’ai dessiné des lettres arabes en appliquant des techniques de calligraphie japonaise, ce qui rend mon écriture plus aérienne avec davantage d’espace et de liberté, tout en la rendant plus spatiale. À mon avis, cela correspond à ma signature ».

Khaled Ben Slimane

Tour à tour, céramiste ou peintre, l’artiste nous introduit dans son atelier avec un talent inventif qui suscite des questionnements. Il nous montre son aisance avec les matériaux qu’il utilise, argile, terre, pigments, émaux, peinture qu’il travaille selon ses envies, ses humeurs. Chaque œuvre, où pleins et vides se répondent, incite à pénétrer dans son univers, un peu comme si chaque objet allait révéler un secret.

On est happé par l’univers de l’artiste et on vit l’expérience de la rencontre avec ses œuvres, le tout étant de découvrir, d’apprécier et de se laisser apprivoiser par ses peintures et céramiques.

Khaled Ben Slimane4

Khaled Ben Slimane1

Il y a plusieurs pièces ouvertes les unes sur les autres, celle où il travaille la céramique n’est pas celle où il peint ni celle où se trouve le four. Entouré de sa glaise et de ses différents matériaux, Khaled y trouve une vraie plénitude.

Le fond de sa pièce est réservé à sa collection, sa rétrospective, comme dans un petit musée, il y expose ses œuvres dans des vitrines, c’est son antre, c’est là qu’il se retrouve. Traces, souvenirs, symboles et métaphores s’y rejoignent.

Les céramiques de Khaled Ben Slimane demeurent sans conteste une expression personnelle sous-tendue d’âme à travers une beauté sereine et simple, vibrante de sensibilité.

Khaled Ben Slimane6

De la plénitude voluptueuse de ses formes arrondies ou élevées vers le ciel, coule une lumière vivifiante porteuse d’espérance dans laquelle l’artiste affirme sa complicité avec la matière.

Travaillées en un puissant modelé ou en une facture plus lisse, ses céramiques obéissent à la précision du geste. Il y a dans son atelier, autour de ses œuvres, une exigence de vérité.

Khaled Ben Slimane2

Khaled Ben Slimane ne laisse à personne le soin de l’aider ni pour poser ses œuvres dans le four ou ni pour les faire sortir, il se met un point d’honneur à les travailler seul, quitte à en souffrir.

La céramique, quand elle ne répond pas directement à un besoin utilitaire, en appelle à la métaphysique. La matière qu’utilise Khaled Ben Slimane n’est pas simple à manipuler. Son façonnage dense ou plus léger demande une maitrise acquise sur plusieurs années.

Il faut d’abord attendre que la pièce sèche avant de la cuire et de la recuire une fois peinte. De plus, les émaux ont leurs règles, on ne peut en jouer librement, ils nécessitent une véritable pratique, laquelle exige énormément de patience. Pour la céramique et comme pour les jeux de hasard, on attend la sortie du four, avec l’émotion qui l’accompagne.

Les œuvres de Khaled Ben Slimane n’ont pas besoin de titres, il a ses sujets de prédilection. L’eau, la terre, le feu et puis « Houa » en arabe qui revient en rythme, comme pour signifier Le sacré. Il explore la spiritualité et le mysticisme.  Il ajoute « je recherche le silence total, celui auquel aspirent les Soufis. Ce silence total a un équilibre parfait et fragile, et c’est pour cela que j’essaie de créer des céramiques que l’on sait fragiles mais qui émettent la paix et la tranquillité ».

Khaled Ben Slimane manie et travaille la céramique pour nous laisser la trace perpétuelle d’une histoire profonde et confidentielle qu’il ne nous révèle qu’en partie. On aura bien compris que la matière qui nous enchante, conservera son secret et qu’elle restera la proche complice de l’artiste.

Khaled Ben Slimane5

Ses œuvres ont été achetées par plus de 35 musées à travers le Monde.

Il est l’un des rares artistes tunisiens à avoir des céramiques au British Museum à Londres et au Musée d’art contemporain de Seto au Japon.

Quand le Musée londonien lui a acheté des céramiques, les experts ont tenu à acquérir une collection de 49 pièces en lui disant que cela représentait la mémoire de l’humanité. Le Smithsonian Institution à Washington a aussi acquis trois de ses céramiques.

D’autres Musées en Suisse, en Italie, en Espagne, en Allemagne ont également la fierté de présenter les céramiques d’un grand Maitre tunisien… duquel nous ne pouvons faire autrement que de nous en enorgueillir.

Texte : Nadia Zouari – Photos : Mohamed Amin Chouikh

Article paru dans iddéco n°35 – Décembre 2017

La rédaction décrypte pour vous les tendances déco du moment pour trouver l’inspiration. Retrouvez également les actualités autour de la déco.

Plus d'articles
Machmoum3
Le jasmin dans tous ses états