JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Testour 257 Gîte Rural Verger des Montagnes

Gîte rural à Testour
Le verger des montagnes

À Testour, entre les arbres fruitiers et les sentiers de terre, nous sommes partis à la rencontre de deux frères, artistes dans l’âme et dans le sang, qui ont choisi ce bout de terre fécond pour poser leurs valises d’ex-citadins. Lassés, malgré leur jeune âge, de la ville et de son vacarme, ils se sont réfugiés entre ces douces collines et ont crée un refuge, un gîte, pour tout voyageur en manque de quiétude. La nature, à perte de vue, et le village mythique de Testour proche, offrent le décor parfait pour une retraite au calme.

Testour 409 Gîte Rural Verger des Montagnes

Un mot sur votre histoire personnelle et le parcours qui vous a conduit au choix de Testour et de votre projet de gîte ?
Nous sommes Mohamed Farouk et Mohamed Fadhel Chaouch, titulaires d’abord de la Licence Appliquée en Arts et Métiers, spécialité Design Image (Infographie/Bande Dessinée et Techniques d’Animation), puis du Diplôme National en Sciences et Techniques du Cinéma et de l’Audiovisuel. Notre formation artistique et notre vision du marché du travail nous ont résolus à aménager en gîte rural notre maison et notre verger.

Pourquoi ce concept de gîte spécifiquement ? Et comment est-ce que cela fonctionne ?

Nous disposions d’un beau verger et d’une maison spacieuse, entourés de paysages paradisiaques, ayant une vue panoramique de la ville de Testour. Bref, tout ce qu’il fallait pour réaliser notre projet. Nous avons opté pour le concept de gîte rural, qui, mieux que la maison d’hôte, garde sa vocation rurale.

Quel était l’état de la maison à l’origine, quelle est l’histoire du projet ?

Il n’y avait pas de bâti sur le verger : seulement des oliviers et quelques arbres fruitiers. Passionnés par le site, nous avons renoncé à la capitale, à la vie urbaine devenue trop assourdissante. Nous avons acheté le terrain et nous avons eu l’intention d’y construire une maison qui soit en harmonie non seulement avec l’entourage rural, mais aussi avec les caractéristiques architecturales de la ville de Testour,  essentiellement andalouses.  Et nous pensons avoir réussi à marier les tendances traditionnelles et les tendances modernes, que ce soit en architecture ou en décoration.

Comment avez-vous opéré pour donner à cette maison qui semble de construction récente, une ambiance nature, vintage ?

Comme nous recherchons le dépaysement, dans ce verger, et comme nous visons à impliquer nos clients dans la vie rurale et à les  faire bénéficier d’un paysage naturel pittoresque, nous nous plions à cette exigence de respecter l’écologie, surtout à l’extérieur de la maison. Nous faisons tout notre possible pour faire régner une ambiance nature : des sentiers longés de rosiers, des bancs en troncs d’arbres ou en foin, des espaliers en roches ou roseaux…à l’intérieur de la maison, c’est l’ambiance vintage qui règne : tous les objets semblent pleins d’une âme, chacun est porteur de sa propre histoire. Vous n’aurez qu’à les interroger.

Avez-vous bénéficié de l’aide de spécialistes (architecte, décorateur, agriculteurs, artisans, …) ?

Bien entendu, nous avons eu besoin d’un architecte pour le plan général de la maison : une femme exceptionnelle qui a pu respecter nos intentions et nos options. Nous avons eu recours également aux artisans de Testour essentiellement, pour tout ce qui concerne la maçonnerie, la plomberie, l’électricité…et à un spécialiste venu de Bizerte pour l’installation de la cheminée. Pour la décoration, nous n’avons eu besoin d’aucun spécialiste. Nous sommes une famille d’artistes, du côté paternel comme du côté maternel. Mon grand-père paternel était artisan en balgha à Tunis et acteur de théâtre et mon père est un touche-à-tout : bricoleur, relieur, calligraphe et maître en l’art du jardinage. Mon grand père maternel était peintre, sérigraphe, maître en l’art de la céramique et ma mère photographe et experte en décoration et en gastronomie.

 

 

Quelle est l’origine des meubles et objets (chinés, fabriqués par des artisans locaux) ?

Les meubles ne sont pas neufs : la plupart datent d’au moins soixante ans et ont été restaurés depuis une vingtaine d’années, puis ont reçu un nouveau tapissage seulement, à l’occasion du déménagement. Les objets de décoration sont le résultat de collections de bibelots, de cendriers, de masques, de poupées…un patrimoine familial qui a commencé s’accumuler depuis des années. D’autres meubles et accessoires constituent une récupération d’objets anciens, par exemple, les tuiles en terre cuite, les carreaux de ciment, les casiers, les luminaires industriels, les tables en palettes, les bancs en foin ou en troncs d’arbres, les bouteilles, les sacs de toile…

Quelles activités proposez-vous aux visiteurs ?

à part l’hébergement et la restauration, le gîte propose à ses clients  diverses activités agricoles : travaux de jardinage, potager, horticulture-multiplication et reproduction-cueillette de fruits et de légumes, sportives : pêches en eau douce, randonnées pédestres, randonnées équestres, escalades en montagne, spéléologie au Ghar Kriz, paintball, camping et feu de camp, rafting sur l’oued Medjerda, et culturelles : visites guidées de Testour et de ses alentours, reliure d’art, photographie argentique et numérique, sculpture et gravure sur différents matériaux, événements divers-concerts, défilés de mode, exposition de produits d’artisanat, marché de produits du terroir, dégustations, tournages de films.

Vous avez des espaces consacrés à la culture des fruits et légumes, est-ce un point fort dans votre projet ?

Bien sûr, le concept même de gîte rural exige que l’on consacre la majeure partie du verger à l’agriculture et toutes les activités rurales possibles. Outre cette exigence, nous sommes passionnés par le jardinage et la botanique. Nous avons l’intention de faire des collections de plantes médicinales, de fleurs aromatiques, d’arbres fruitiers… Par exemple, nous avons aménagé un potager en espaliers, un jardin des senteurs, nous avons aussi conçu des sentiers longés de rosiers de toutes sortes…Nous ne cesserons d’enrichir notre verger du point de vue végétation.

Entretien conduit par : Emna Touiti – Photos : Salah Jabeur

Article paru dans iddéco n°32 – Mars 2017

La rédaction décrypte pour vous les tendances déco du moment pour trouver l’inspiration. Retrouvez également les actualités autour de la déco.

Plus d'articles
MADE IN TUNISIA 4017 3 e1591090721606
Rencontre avec Pauline Eveillard