JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
téléchargement

Factory Fest Art et Entreprise
1ère édition, du 22 au 25 février 2022

On se souvient du lancement de Campus Culture à IHEC en mai 2021. Cette initiative notable de quatre établissements d’enseignement supérieur –IHEC Carthage, IPEST, Dauphine Tunis, Holberton School- se proposait d’enrichir la culture générale de leurs étudiants en organisant, en commun, des événements culturels non strictement liés à leurs cursus universitaire. Pour beaucoup d’étudiants, l’accès à la culture ne se fait que par le biais de l’enseignement supérieur.

Pour les quatre institutions qui recherchent l’excellence et l’inclusion, le projet est de faire de leurs étudiants de futurs consommateurs de la culture, quand ils n’en seront pas acteurs. Il faut aussi dépasser l’ « esprit de corps » inhérent aux quatre écoles pour penser « commun », comme dans la vraie vie, lorsque l’on monte une manifestation avec plusieurs partenaires .

« Factory Fest, Art et Entreprise », la première manifestation de Campus Culture, vient d’être lancée au cinéma Mad’Art de Carthage. Pendant quatre jours, du 22 au 25 février 2022, de multiples activités- projections de films avec débats, rencontres et discussions, expositions dédiées, performances musicales- illustreront les relations entre les arts et les entreprises.

L’événement est un festival artistique porteur des thématiques des enseignements des quatre établissements. Sa programmation a été mise au point par les participants au projet Campus Culture – étudiants et encadrants . Elle comprend des thèmes transversaux, comme le mal être ou le bien être dans l’entreprise, la digitalisation et délocalisation des entreprises, la question du leadership et du féminisme et également des thèmes sectoriels, tels que le business du sport ,ou celui de la beauté.

La fabrication du Festival a donc été une occasion unique pour les étudiants de dépasser leur sentiment d’appartenance à une institution pour penser globalement au service d’un projet commun. C’est à la fois une formation par la pratique dans une discipline où les compétences sont recherchées et une occasion d’enrichissement culturel individuel à notre époque où le culturel, à égalité de connaissances techniques, fait la différence dans la vie sociale et professionnelle.

Pour souligner l’importance de ce projet commun, un « passeport culture » est en voie d’élaboration et les organisateurs comptent bien que cette certification soit aussi importante que le diplôme obtenu. Factory Fest aura des prolongements : des contacts avec des artistes sont en cours, un projet d’incubateur d’entreprise culturelle pourrait naître …

Le making off de l’événement sera l’objet d’un film documentaire de l’ESAC (Ecole Supérieure de l’Audiovisuel et du Cinéma) qui a rejoint à cette occasion le projet Factory Fest, fournissant ainsi travaux pratiques à ses étudiants et archives aux organisateurs.

Le programme est riche, varié et rythmé : conférence de Presse et tapis rouge puis conférences le matin, cinéma et expositions l’après-midi . L’Agora et Cinémad’Art sont partenaires.

Le débat portant sur « le mal-être ou mal être en entreprise » réunit des universitaires de renom en matière de psychologie et de psychiatrie ( Raja Labbane , Raouf Ghram, Zeyneb Attia , ainsi que Nadham Kebaieur cadre commercial ayant connu les deux situations dans sa vie professionnelle) . Ce thème est illustré avec la projection, avec débat , de « Sorry we missed you » de Ken Loach, palme d’or de Cannes ‘2019 qui raconte l’histoire d’une famille modeste qui espère tirer profit de la révolution numérique.

Le thème « le business du sport aujourd’hui en Tunisie » est l’objet d’une rencontre-débat réunissant des professionnels du secteur ( Aziz Zouhir ancien président de l’EST , Radouane Chaabouni, fondateur de California Gym, Sihem Doghri , directrice marketing de City-Sport , Go Sport et Adidas , Zied Zammouri , fondateur de Zammour Trecking qui réunit sport, tourisme et culture) . Une exposition intitulée « les Olympiades « ou l’histoire des jeux Olypiques en posters se tient à Dauphine –Tunis .

Le thèmes du leadership et du féminisme sont illustrés par « Steve Jobs » (Danny Boyle) ainsi que « Le brio » (Yvan Attal) . Celui de la délocalisation par la projection de « Vent du nord », de Walid Mattar.

Affiche Factory fest 1ère édition .

Mode et beauté sera illustré par « Douleur et Gloire « , de Pedro Almodovar ( 2019) ainsi que par un défilé de mode de créateurs éco-responsables , présentés par Meriem Aouadi (MAFT ) suivi d’une rencontre -débat avec les créateurs : Salah Barka et Anissa Meddeb . L’exposition « bijoux d’artistes » à la chapelle Sainte Monique d’IHEC est toujours visible : elle donne à montrer les créations de Amel Bennys, Myriam Bouderbala et Malek Gnaoui .

Il est à noter que toutes les activités du Festival, gratuites pour les étudiants, grâce au mécénat, sont ouvertes au public.Campus Culture offre ainsi une belle occasion de se cultiver et de ne pas laisser aux seuls étudiants le profit d’une réflexion sur les rapports de la Culture et de l’Entreprise, une question probablement centrale dans le monde de demain qui commence aujourd’hui.

Texte : Edia Lesage

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page ;)
Retour haut de page