JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
DSC 4283

EL BACHIA
Lieu de mémoire et d’apprentissage

Fondée, en 1752, la médersa « El Bachia » était le lieu de résidence des étudiants hanéfites de la Grande Mosquée Ezzitouna. Elle comportait, outres les pièces d’habitation, une mosquée et une grande bibliothèque. Les pièces sont organisées autour d’un patio à ciel ouvert bordé d’un portique des quatre côtés. Le marbre de ses colonnes et de l’encadrement de ses portes, contrastent avec des intérieurs habillés en céramique et en stuc. Située au cœur de La Médina de Tunis, et ayant pour voisinage immédiat différents souks, « El Bachia » s’est vue restaurée et réhabilitée dans les années quatre-vingts, en un centre de formation et d’apprentissage aux métiers de l’artisanat relevant du Ministère de la Formation Professionnelle et de l’Emploi.

 

 

Cette réhabilitation a permis la préservation d’un monument classé patrimoine national et mondial, tout en revalorisant le travail manuel,  dans la perspective d’améliorer le produit artisanal et de préserver les savoir-faire ancestraux. Ce centre est géré par l’Agence Tunisienne de la Formation Professionnelle, il offre une formation de deux années dans l’habit traditionnel pour hommes (Jebba), la bijouterie moderne et berbère et la maroquinerie.

Il œuvre en totale symbiose avec les artisans de l’environnement immédiat, qui participent activement à la formation aussi bien dans la conception des programmes que dans l’insertion professionnelle des jeunes apprenants. D’ailleurs, aux termes de leur formation, ces derniers sont directement embauchés dans les ateliers d’artisans de La Médina. Avec ses ateliers, d’architecture traditionnelle typique et chargé d’histoire, le centre allie la quiétude des demeures de La Médina à l’apprentissage d’un savoir-faire artisanal.

Ici, la formation ne se limite pas à la transmission des techniques du métier manuel, mais situe l’innovation au centre de ses objectifs. Le centre fait appel à des spécialistes en design artisanal pour orienter les apprenants vers la recherche d’une valeur ajoutée, ce qui leur garantira plus tard, une distinction sur le marché.

Il  représente de ce fait, une source d’enrichissement économique et culturel dans son environnement immédiat, favorisant l’employabilité de groupes sociaux marginalisés et leur intégration dans des secteurs spécifiques de l’artisanat local.

Dans les ateliers de bijouterie, les bijoux berbères restent la source d’inspiration majeure sur laquelle se basent les nouvelles créations. Ce type de bijouterie, à forte connotation identitaire est déterminant dans le potentiel touristique de La Médina.

Dans cette formation, les intervenants sont principalement les artisans du souk de l’or « El Berka » et les designers de bijoux. Quant à la formation en maroquinerie, elle est de plus en plus prisée chez les artisans du souk du cuir, « Sarajine ». Ici les intervenants sont les artisans et les designers de mode. Enfin, la confection de l’habit traditionnel « Jebba » est un travail de patience et de grande rigueur qui collabore étroitement avec le souk de la laine « Essouf ».

« El Bachia », jadis un des noyaux de la vie intellectuelle de La Médina, est devenue aujourd’hui un acteur dans la dynamique économique locale. Elle participe activement dans la revitalisation des métiers manuels ancestraux liés à la mémoire nationale et œuvre à soutenir leur avenir.

Article paru dans iddéco n°9 – Juillet 2011

La rédaction décrypte pour vous les tendances déco du moment pour trouver l’inspiration. Retrouvez également les actualités autour de la déco.

Plus d'articles
Harkhous Kélibia 068
ETERNEL HARKOUS