JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Puching-Ball, Faten Gaddés

DÉGAGEMENTS…
La Tunisie un an après

L’exposition organisée par l’Institut du Monde Arabe à Paris, du 17 janvier 2012 au 1er avril 2012, célèbre le premier anniversaire de la révolution tunisienne. Créateurs et citoyens, acteurs et témoins, les artistes ont, dès les premières étincelles, accompagné les événements en cours, l’histoire en marche. Ils se sont par la suite interrogés et exprimés sur les différents enjeux qui ont jalonnés cette année, tels la liberté d’expression, la laïcité, le respect des religions, le droit des femmes, la mise en marche du processus démocratique, le choix de société mais aussi des questions plus métaphoriques ou existentielles.

Dégagements, se fait l’écho des différentes directions explorées par les artistes dans cet entre-deux qui se situe entre l’acte révolutionnaire ou citoyen et celui dans lequel la création artistique trouve son espace. Celui de la distance ou de la transfiguration, de l’interprétation du monde ou de son questionnement, de la représentation ou de la fantasmagorie… Une place, où l’artiste, interprète et illustre avec ses propres codes les divers enjeux qui se profilent et ses perceptions identitaires, politiques, philosophiques ou existentielles. Une place où l’image, jadis sous haute surveillance, s’affranchit de la censure et s’émancipe pour explorer de nouveaux territoires.

La commissaire d’exposition, Michket Krifa a sélectionné une vingtaine d’artistes essentiellement tunisiens et ayant vécu les événements de près, nous font partager leurs implications, leurs interrogations, leurs interprétations restituées sous de différentes formes artistiques : la photographie – qui a été l’une des formes privilégiée de témoignage –, la peinture, la sculpture, la vidéo, mais également le dessin à travers la caricature et le tag comme manifestation de l’art urbain. Ont également été intégrés dans cette exposition quelques œuvres d’artistes étrangers qui ont été particulièrement sensibles à la Révolution du Jasmin.

Article paru dans iddéco n°12 – Mars 2012

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page ;)

Retour haut de page