JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
MAISON LA MARSA 021

Dar Alfonso

La maison de l’ Ile aux trésors

La maison pied dans l’eau, d’Alfonso Campisi, reflète ses passions, dont l’une est pour la Tunisie et l’autre, plus nostalgique, pour sa terre d’enfance la Sicile.  Les objets et les collections sont celles d’un académique, sensible et rêveur, qui s’est fait un nid pour nourrir ses idées, ses philosophies et sa vision poétique de la vie.

MAISON LA MARSA 014

Très jeune, Alfonso se découvre une première fascination pour la Méditerranée et le Maghreb et développe un intérêt pour les coins et recoins des poches de langues qui s’emploient dans cette étendue. Autant le Français, l’Italien le Sicilien, ajouté à l’effet que tout ce mélange produit avec l’Arabe, tout cela lui permet d’aller  linguistiquement sur les pas des multiples migrations de la surface de cette mer entourée de terres si diverses… Et puis un beau jour Alfonso lui-même a émigré, comme l’ont fait avant lui tant de populations, d’individus parlant diverses langues. Il atterrit en Tunisie et ne va plus la quitter Elle va même lui inspirer  cinq ouvrages, entre autres Ifriqiyya et Siqilliyya, Un jumelage Méditerranéen et son dernier Voyageurs Arabes en Sicile Normande au XI et XII ème siècles, puis devient le président de la fondation AISLLI (association internationale pour les études de langue et de littérature Italienne pour le continent Africain). Il est fasciné par ce qu’il appelle l’Africanité de la littérature, la culture et la langue Italienne et surtout par l’Italianité en Afrique, et particulièrement en Tunisie. Cette passion pour la Tunisie, ses couleurs, ses lumières, sa culture, transparaît dans tous les replis de la maison. On entend le roulement continu des vagues. Il a même dû placer sa chambre, au fond, le plus loin possible de la mer, car à un moment donné il ne pouvait plus dormir la nuit de grands vents.  Dans l’entrée une magnifique grille en fer forgé peint en blanc datant de 1903, l’âge de cette habitation, fait un cadre parfait sur le bleu de la méditerranée et son horizon toujours changeant.  Chaque pièce, avec ses sols en marbre poli par le temps, a son style unique de dallage, géométrique ou fleuri ou entre les deux… Une douceur d’antan s’émane des pores de la maison et cette ambiance est  soulignée par les choix de la décoration, de celui du mobilier et des objets appartenant à Alfonso.

MAISON LA MARSA 016

L’âme de l’écrivain est partout, chaque objet est chiné et donc a son histoire, comme par exemple, sa collection de grammaires anciennes, certaines datant du 16ème siècle, qu’il a pu rapporter de ses voyages en Amérique du Sud, au Chili, en Argentine et en Bolivie…. Tout cela est susceptible de  marquer le rythme visuel que l’on trouve dans les espaces enrobés de grands rideaux blancs en toile de coton qui adoucit la lumière qui pénètre dans cet espace.

Dans le grand salon, sur une table d’appoint, une série de statues et de fragments gréco-romains, certaines des reproductions, s’ordonnent autour d’un Bouda en bois Thaïlandais. Le lustre de Crystal de Bohème appartenait à sa grande mère Sicilienne, il l’a ramené en mille morceaux mais grâce à un ami ingénieur, très patient, celui-ci a pu revivre suspendu gracieusement dans les altitudes du haut plafond. Les sols en ciment pigmenté n’ont pas bougé, depuis leur installation, il y a maintenant plus d’un siècle.

MAISON LA MARSA 013

Derrière, accroché au mur et servant de toile de fond au salon,  vit un grand tableau, dépeignant une femme nue, de Pierre Boucherle. Il fut commissionné par une maison close de la Medina de Tunis, appelée La Grande Maison, d ‘exécuter 3 toiles larges, osées et appétissantes pour les visiteurs. Alfonso trouva cette œuvre, lors d’une rencontre avec le propriétaire, un vieux monsieur élégant et ravi de trouver un acheteur prêt à écouter quelques bonnes histoires d’antan. Une magnifique applique en bois doré, 18ème siècle, porte gracieusement une magnifique lampe à huile en cuivre depuis longtemps éteinte. Plus loin un portrait de femme aux yeux languissants, est apparemment la grande cantatrice Saliha.  La table basse est une porte d’armoire style Louis Philippe, une idée géniale de recyclage élégant et totalement à l’aise dans sa nouvelle fonction. Le salon souligne vraiment la personnalité du lieu et  reflète aussi et dévoile à fond l’esprit et l’humour et le caractère romantique de son occupant.

MAISON LA MARSA 021

Alfonso dévoile une âme d’artiste dans cette maison, qui  est un peu comme un coffre de pirate, pleine de trésors farfelus, beaux et parfois précieux. La maison elle-même, ainsi que les meubles qu’Alfonso a peint, sont la toile et la sculpture de celui-ci. Une volonté constante consistant à continuer à accumuler, à collectionner, à  mettre en scène et repeindre les meubles en bois, lui permet d’évacuer le stress et d’interpeller l’inspiration. La cuisine aussi n’a pas échappé à l’énergie constante, de jouer avec le monde visuel, qu’Alfonso déploie dans ses intérieurs. Cactus, comme personnages, sur une scène de théâtre, sont côte à côte, sur un comptoir en plein centre de la cuisine. La beauté de cette cuisine réside dans son caractère lumineux. En y pénétrant une sensation de bien- être est tout de suite évidente, ceci est probablement dû au fait que le sol soit peint en blanc. Elle maximise la lumière indirecte qui rentre.

MAISON LA MARSA 023

Le thème bleu et blanc prévaut dans toute la maison, sauf dans le salon, l’âtre de ce lieu. La chambre à coucher, la salle de bain, la cuisine et la salle à manger, ne font que rappeler la proximité de la mer en évoquant toutes les gammes de bleu que la méditerranée s’évertue à changer à chaque instant de la journée. Mélanges, échanges sans début et sans fin, constante évolution, paix et énergie, ce lieu est chargé de souvenirs et de pensées  qui crée une ambiance où tout visiteur peut se retrouver et reconnaître quelque chose qui lui est familier. Une île de passage évocatrice d’un coffre de pirate rempli de trésors cachés et visibles, un petit coin de rêve sur cette vaste méditerranée.

Texte :  Daria Prentice – Photos : Samia Chagour Françon

Article paru dans iddéco n°23 – Décembre 2014

La rédaction décrypte pour vous les tendances déco du moment pour trouver l’inspiration. Retrouvez également les actualités autour de la déco.

Plus d'articles
DéfiléCannes4
NATHALIE GARÇON