JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
IMG 7134

Dans l’aire des pépinières…

Entre ciel et montagnes, une maison à la beauté naturelle contemple l’horizon. A la fois citadine et campagnarde, elle s’ouvre sur  un paysage hors du commun. L’union  de deux amoureux des plantes a donné vie à ce  joyau architectural dans son écrin. Visite guidée.

«ici, je ne m’ennuie jamais », s’extasie la maîtresse des lieux Moufida Bahri.

Sur un terrain de 3.000 m2 situé à Mornag, s’élève sa villa sous forme d’un triangle qui prend forme en face des montagnes de Boukornine et de Djbel Ressas. La demeure est construite sur une colline. Une architecture en cascade dégage plusieurs niveaux : un rez-de-chaussée qui surplombe un immense jardin, une véranda qui s’ouvre sur une pelouse, une terrasse qui domine la piscine,  un garage et une kitchenette en sous-sol, et… cerise sur le gâteau : « la construction ne nous a pas coûtée cher », se réjouit  Mme Bahri dont le mari est paysagiste de profession. « Le nivellement de la villa, c’est son idée, il en est allé jusqu’au bout ».Une vie de famille paisible au milieu d’une variété magique d’arbres et de graminées, une vie de campagne à seulement 15 km de Tunis. Des pépinières sur plusieurs hectares entourent la demeure qui se réveille chaque matin enchantée par le murmure des feuillages et des jets de  lumière. « Nous avons choisi ce lieu tout en hauteur alors qu’en fait,  il  n’était pas prédestiné à la construction ».

Ce fut  un rocher, en effet. Un  terrain en pente, en pointe, escarpé et  planté d’oliviers…« Ce n’était pas évident de le transformer en un  lieu d’habitation ; nous étions toutefois résolus à en faire un paradis ; notre rêve a patiemment pris forme et nous avons la chance aujourd’hui d’y  vivre douillettement et de respirer l’odeur d’une terre que nous aimons tant… ».

 

Plantes, plaines et méditerranée 

En cette journée automnale, des rayons de soleil chauds s’infiltrent  dans les différentes pièces de la maison : un salon  et un salon de séjour séparés  par un jardin d’hiver, la  salle à manger est installée sur un podium qui lui offre un accès facile à la cuisine,  trois chambres à coucher, un dressing qui prolonge la chambre des parents, deux salles de bain, une pièce bureau, deux cuisines, l’une installée en haut de la villa, l’autre, plus petite, est installée tout en dessous. Une seule porte sert de cloison entre l’espace à vivre et l’espace intime.
La salle de séjour est de plain-pied avec l’entrée, c’est là où trône une immense cheminée en briques riches en minéraux, c’est dans cet espace également où l’on se détend sur d’immenses canapés construits en béton et habillés de tissus aux couleurs de la mer. « La verdure et les plaines ne m’ont jamais fait oublier la méditerranée au bord de laquelle je suis née ».

L’hôte de maison veille au grain et prend la déco en main. « Je vis dans un milieu rural,  j’ai tenté un  style campagnard imprimé d’une touche tendance ». Un style authentique et chaleureux : si  la chambre à coucher des parents est tout aussi sobre qu’élégante, celle de l’unique enfant du couple « Yasmine » est un véritable refuge de princesse,  tout habillé de rose  avec un lit en baldaquin et un armoire en bois massif finement sculpté… La fillette d’à peine 11 ans peut s’enorgueillir d’un « territoire indépendant » qui comprend outre la chambre une  salle de bain, aux tons du vert.
Les pièces sont aménagées de telle sorte que l’on y circule aisément. Les coins  de rangement sont placardés dans le mur pour laisser plus de place à un mobilier mi-moderne, mi-artisanal, mi-vintage. Des meubles ont été acquis tout neufs, d’autres sont chinés au hasard des randonnées chez les brocantes. Des tables et tables basses ont été commandées chez des artistes ébénistes tunisiens.
Les canapés du salon, confortables et design, sont en  parfaite  harmonie avec cette chaise balançoire en bois ;  les chaises de la  salle à manger ciselés en fer forgé s’accordent avec le bahut en hêtre placé au milieu de la pièce.

La maîtresse des lieux n’en reste pas là. Mère au foyer, elle s’attelle à plusieurs tâches pour apporter gaieté et dynamique à sa maison. Elle  rénove les vieux meubles, comme cette chaise Louis XVI qui, abandonnée dans le grenier familial, retrouve désormais toute sa splendeur dans la chambre à coucher. Elle recycle le tissu et… la vaisselle brisée « Je ne jette jamais à la poubelle mes assiettes et mes tasses cassées, je leur insuffle une nouvelle vie…Avec les morceaux, je décore les pots à fleur en terre cuite… ».

Ayant suivi des cours de peinture, Moufida Bahri a changé depuis quelques temps  tous les tableaux accrochés au mur du salon et de la salle à manger par d’autres qui portent…sa signature « la nature est mon éternelle source d’inspiration » Géraniums, nénuphars, oiseaux du paradis peints à l’aquarelle rivalisent… avec les plantes du jardin d’hiver qui, au beau milieu de la maison, affichent  fièrement leur exotisme.

Chic et par cher

Un vent léger traverse les montagnes et parvient jusqu’aux fenêtres et portes fenêtres. Ces dernières, protégées par des moustiquaires,  ouvrent sur des décors pittoresques différents : une roseraie, des arbustes, des pots géants et…une fontaine remplie de nénuphars et de grenouilles…

Le jardin est un parfait bouquet qui se ressource des pépinières alentour. Toutes sortes de végétaux y sont entretenus vigoureusement « une plante est un être vivant, il faut savoir la nourrir, la protéger … ».

Des pots de toutes dimensions délimitent une pelouse généreusement arrosée presque chaque soir pendant l’été ; le bougainvillier accroché à la balustrade du balcon rivalise avec les fleurs des pervenches et multicolores, les strelitzias cohabitent sans rechigner avec les massifs énormes de pervenches ; des haies de buis servent en toute simplicité de paravent à la piscine et préservent  son intimité ; des oliviers centenaires rappellent l’histoire du terrain…

Le mari, Mohamed Bahri a « hérité la passion de la terre de ses grands-pères eux-mêmes horticulteurs ». Le paysagiste aide les particuliers à donner vie et forme à leurs jardins. Il a tenu à ce que l’architecture  de sa maison soit l’œuvre de son imagination. Une belle maison mais pas onéreuse pour autant, une maison qui respire la joie de vivre, voilà l’essentiel, résume l’hôtesse de maison.

Elle cite à titre d’exemple les rangements astucieux, la véranda carrelée avec des faïences achetées à un  « prix très raisonnable », les escaliers qui mènent à la piscine revêtus d’un simple enduit, la cuisine au charme campagnard réalisé chez un menuisier du quartier… Pour encourager les artisans qui travaillent à Mornag, le couple a « acheté le plus gros des matériaux  chez des fabricants de cette région presque isolée ».

Et l’idée de rénover ressurgit «  Nous allons entamer quelques travaux pour rendre la maison encore plus fonctionnelle et encore plus belle », lance-t-elle. Chez les Bahri, les idées fleurissent au rythme des saisons. Revigorantes et avec entrain. Comme dans un jardin sans fin.     

Texte : Sarra Rajhi – Photos : Hela Ammar
Article paru dans iddéco n°14 – Octobre 2012

La rédaction décrypte pour vous les tendances déco du moment pour trouver l’inspiration. Retrouvez également les actualités autour de la déco.

Plus d'articles
guernica1
Dans la famille Matisse, je demande …Sophie