JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Aicha2

Aicha Filali réveille une «Mémoire en raccourcis» Bourguiba, une autre histoire

La porte s’ouvre sur un double escalier hélicoïdal qui nous mène face à face avec une inscription murale en langue arabe écrite par Ali Louati où on peut lire : « Le leader : flânerie dans l’atelier de fabrication des icônes politiques ». Le ton est donné et les flâneurs et les flâneuses sont avertis. L’artiste, qui n’est autre que Aicha Filali, ne compte pas caresser ses hôtes dans le sens du poil. Mais n’est-ce pas son credo ?

Une série de retables aux ornements sophistiqués et aux dorures tapageuses ornent la grande pièce de la galerie ElMarsa qui le temps d’une exposition se transforme en un temple d’art contemporain. Véritables œuvres décoratives à connotation religieuse, la présence symbolique de ces retables ne semble pas anodine. Si à l’origine, leur création avait pour objectif de renforcer les croyances en projetant l’image du Christ ou encore celle de la Vierge dans un décor souvent sophistiqué et élaboré, notre artiste réfute toute intention religieuse ou didactique. 

Ici, le contexte est tout autre. Nous sommes dans les années soixante. Des photos de Bourguiba, premier président de la République tunisienne, prennent place au centre ou sur les côtés des volets rabattables des retables dans un photomontage intrigant. A titre d’exemple, l’œuvre intitulée   «Bondin», se lance dans une narration iconographique fastueuse avec un entrecroisement de photos d’archives. La photo de jeunes mannequins, belles et toutes fières, arborant un sourire confiant, est affichée à côté de celle d’une foule de femmes couvertes par des ‘sefsaris’ célébrant la présence de Bourguiba et cherchant sa bénédiction. Un photomontage d’une mosaïque d’une femme dénudée tenant une bouteille de vin confronte l’affiche publicitaire de l’homme en costume des cafés Bondin qui sert tranquillement son café. Des élèves, filles et garçons, attablés dans une classe avec sur les murs des extraits des manuels d’apprentissage de la langue arabe. Un avion qui décolle alors qu’un autre semble atterrir, une femme en décapotable devant la station de service Shell en train de parler à un homme qui a l’apparence d’un agent de sécurité, deux jeunes filles assises sur une banquette en train de coudre une blouse à leur poupée….

Un chambardement de symboles, d’images, de fragments d’histoire, de sous-entendus, de contradiction qui ne peuvent pas laisser le visiteur de marbre.

Immersion iconographique dans le passé

Le premier étage abrite des œuvres encore plus déroutantes. Des cadres fantaisistes ornés de paillettes faussement pompeuses avec des photographies de scènes politiques relatent les activités du ‘Zaim’ avec une forme de récit conceptuel. Des visages brodés, masqués, cousus. L’entourage du président est à peine reconnaissable. Si les retables du rez-de-chaussée servent d’introduction en présentant Bourguiba dans un bric-à-brac de bouts d’histoire, les œuvres du premier étage semblent des éléments canalisateurs. La liturgie politique est ouvertement mise sur la sellette.

Aicha ironise. Elle trace des lignes de fractures. Elle pose des questions. On peut même imaginer son demi-sourire moqueur et son regard astucieux lors de la création de ses œuvres.  

Si vos pas vous mènent du côté de la Marsa, ne ratez pas l’occasion de découvrir une autre lecture de l’histoire de la Tunisie en visitant l’exposition de Aicha Filali ’Mémoire en raccourcis’ à la galerie El Marsa qui sera visible jusqu’au 15 juin. Un catalogue est disponible en vente avec les textes de Mohamed-Ali Berhouma , Azza Filali et Ali Louati.

Texte et photos : Amira Zili

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page ;)
Retour haut de page